Coïncidence ou nostalgie ?
C’est fait ; fidèles à leur façon d'agir, et adeptes d’une certaine conception de la Démocratie qui est de faire d’abord sans concertation aucune et de vous demander après votre avis sur la question (Notre Maire en est un spécialiste avisé), notre nouvelle grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon est née.

Je titre coïncidence, parce qu'à quelques détails près, elle est la jumelle de l’ancien état féodal des Comtes de Toulouse au XIIIe siècle de notre ère.

Si la coïncidence s’arrêtait là, la question en serait anodine, mais ça va beaucoup plus loin si l'on prend soin d'en étudier tout son contenu.

Dans le temps, sous l’ancien régime féodal, le Comte bien que vassal du roi était maître et administrateur de ses domaines.

De nos jours, les compétences et le pouvoir de notre présidente ou président d’une si vaste région sont à la mesure de sa démesure.

Dans le temps les barons bien qu’eux aussi vassaux de leur suzerain, possédaient des vastes domaines qui bien souvent correspondaient à la taille de nos départements actuels.

De nos jours, ce sont les présidentes ou présidents départementaux qui leur ont succédé.

Dans le temps, hormis les villes franches, les villages et les villes n’existaient pas par elles-mêmes ; toutes appartenaient à ces seigneurs de lignée qui se les léguaient au gré de leur bon vouloir avec tout leur contenu, habitants compris.

De nos jours pas pour l’instant présent en tout cas, notre état de droit républicain nous protège de ces exactions, mais le chemin que l‘on prend va droit dans ce sens.

Dans le temps, une myriade de petits seigneurs au service des plus grands administrait nos territoires.

De nos jours, des syndicats intercommunaux et groupements de communes en tout genre, gérés et dirigés par nos Maires élus de la République remplacent petit à petit ces seigneurs féodaux, et si l'on en croit leurs dires, les communes, héritage de notre révolution de 1789 ne seront bientôt plus qu’un souvenir du passé

Les transferts de compétences laissent nos villages exsangues et leur rôle majeur se limite se limite de plus en plus à l’administratif de l’état civil.

Les nouveaux présidents de ces syndicats en tout genre étant les Maires de nos villes et villages en question se transfèrent tout ce qui est vital et productif (pourquoi s’en priveraient-ils ) Comme le dit le proverbe, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

On extrapole, on prend ça avec le sourire et la dérision ; mais gare au réveil !

Ce qui n’est peut être qu’une coïncidence peut devenir vite une nostalgie et dans ce cas virer du rêve à la réalité.

Nous développerons plus amplement ce sujet dans un prochain numéro.

En attendant, entrons de plain-pied dans cette nouvelle année 2016 que toute l’équipe d’AGIR vous souhaite heureuse et pleine de santé.

A.G.I.R. Groupe de soutien à l’opposition municipale.
Articles :
Contacts :
Liens utiles :
QR code

Flashez pour accéder au site avec votre Smartphone.



Mentions légales