Logements sociaux à tout vent: une obligation qui impose la prudence.
Notre village se transforme à vitesse grand V. Les collectifs à vocation de logement social poussent comme cles champignons.

C’est vrai que la loi en impose les quotas sous peine d’amende pécuniaire.

Le problème est, que ceux qui l’imposent ne savent même, pas pour la plus grande part, que Seysses existe.

Imposer des chiffres sans en mesurer leurs effets n’est guère raisonnable.

Un article inséré clans le journal A.G.l.R. paru il a quelques mois, effleurait en surface ce problème, en relatant que le logement social mal maîtrisé, pouvait devenir, un véritable champ de mines.

Les événements qui se sont depuis déroulés dans notre capitale, sans en être un lien de cause à effet, en sont significatifs.

On ne résout pas les problèmes en les déplaçant, mais en leur affectant une solution de principe d’égalité.

Ni plus ni moins, mais pas plus ni pas moins ; c'est le prix de l’intégration.

Ne cherchons pas à faire plaisir à qui que ce soit ni à accepter ce qui ne nous convient pas, nos lendemains et ceux de nos enfants et petits enfants en dépendent.
Articles :
Contacts :
Liens utiles :
QR code

Flashez pour accéder au site avec votre Smartphone.



Mentions légales